Causerie


Bienvenue à La Causerie de L’Intemporel !


Vous souhaitez partager vos écrits,
échanger avec des gens amoureux des mots ?
Vous êtes invités à vous y inscrire.
Ici, nous prenons soin de nos mots, de Nous, en toute convivialité !
Bien cordialement,
Jisca

Fil d’Ariane du forum – Vous êtes ici :La CauserieLa Causerie: On partageIci et là
Veuillez ou S’enregistrer pour créer des messages et des sujets de discussion.

Ici et là

Ici et là, sur leur traîneau de lunes,

Des mots essoufflés dérivent, songeurs.

Empruntant souvent le chemin des dunes,

Ils portent sur leur dos tant de rumeurs.

Un parfum de lavande s’éparpille

Par delà les collines en amont.

La frontière du cœur ouvre sa grille.

Une aube grise caresse mon front.

Piétinant l’horizon, quelques nuages

S’embrouillent avec le soleil pressé

De fermer les volets dans les étages.

Nos pas glissent dans le ciel tourmenté.

Sur tes lèvres, le sel du jour sommeille

Et emmurent tes désirs d’océan.

Au large, le temps amaigri surveille

Les premiers brouillards abreuvant ton sang.

Dans la souillure des crèmes solaires,

l’automne marche d’un pas nonchalant,

Bat la mesure des vents émissaires,

Dont les cymbales sonnent en clinquant.

Et dans la crue de l’ombre marine,

L’heure s’accroche au silence noirci.

Un été s’en va, faisant grise mine.

Nos rêves sont restés dans l’infini.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *