Michel Jean

Michel Jean
est un Innu de la communauté de Mashteuiatsh au Québec.
Ses origines autochtones résonnent dans plusieurs de ses écrits, dont le collectif Amun, qu’il a dirigé et qui paraîtra bientôt au Canada anglais et en Allemagne.
 
Il a remporté le Prix France-Québec 2020 pour son septième roman, « Kukum » et qui est maintenant finaliste au Prix littéraire Nature Nomade 2021.
Il est aussi le gagnant du Combat national des livres 2021 pour « Kukum »
Michel Jean planche actuellement sur une adaptation télévisuelle de son roman « Kukum », inspiré par son arrière-grand-mère innue. Ce livre s’est vendu à plus de 70 000 exemplaires au Canada et en France.

Maikan / Michel Jean /juin 2021
Nitassinan, août 1936. Sur ordre du gouvernement canadien, tous les jeunes Innus de Mashteuiatsh sont arrachés à leurs familles et conduits à plus d’un millier de kilomètres au nord, dans le pensionnat de Fort George tenu par des missionnaires catholiques. Chaque jour apporte son lot de coups et d’humiliations : tout est bon pour « tuer l’Indien dans l’enfant ». Maikan. Des loups. Voilà ce que sont, des années durant, les religieux aux yeux des enfants.

Montréal, 2013. L’avocate Audrey Duval recherche des survivants. Dans une réserve isolée de la Basse-Côte-Nord, elle retrouve Marie Nepton, une vieille Innue qui va lui raconter tout ce qui s’est passé à Fort George : la violence aveugle s’abattant sur les corps et les esprits, mais aussi la force de l’amour et la grâce de l’amitié qui, seules, ont pu contrer la barbarie.

Avec Maikan, Michel Jean, l’auteur primé de Kukum, dévoile un pan méconnu et révoltant de l’histoire des Amérindiens du Québec.

Les illustrations des première et quatrième de couverture sont l’œuvre de l’artiste Olivier Mazoué.

Paru le 25 juin 2021
ISBN : 978-2-902039-18-0
Format : 15 cm x 19 cm, broché, 268 pages
18 €

Mars 2021
« Michel, l’indien, tu l’as en toi. »

Elle a prononcé ces mots dans un murmure, comme une confidence. Comme on dit un secret. Jeannette, fille d’Almanda et de Thomas Siméon, parlait peu de ses origines innues. Pourtant, cette femme toujours vêtue et coiffée avec soin a vécu le quotidien des chasseurs de la forêt boréale jusqu’à sa rencontre avec celui qui allait transformer son existence.

Dans Atuk, elle et nous, une grand-mère et son petit-fils remontent les sentiers de leurs parcours respectifs. Les chemins se croisent, tressant peu à peu le portrait d’un monde d’ombres et de lumière. Après le succès phénoménal de Kukum, qui raconte l’histoire des arrière-grands-parents de Michel Jean, la réédition revisitée de Elle et nous, paru initialement en 2012, retrace la vie de sa grand-mère Jeannette.

Kukum
Michel Jean
septembre 2019
Ce roman raconte l’histoire d’Almanda Siméon, une orpheline amoureuse qui va partager la vie des Innus de Pekuakami. Elle apprendra l’existence nomade et la langue, et brisera les barrières imposées aux femmes autochtones.
Relaté sur un ton intimiste, le parcours de cette femme exprime l’attachement aux valeurs ancestrales des Innus et le besoin de liberté qu’éprouvent les peuples nomades, encore aujourd’hui.

N.B Ce livre s’est vendu à plus de 70 000 exemplaires au Canada et en France.

« Il parlait à peine le français et moi, pas encore l’innu-aimun­­­. Mais ce soir-là, sur la plage, enveloppée des arômes de viande grillée, du haut de mes quinze ans, pour la première fois de mon existence je me sentais à ma place. J’ignore comment l’histoire de notre peuple se terminera. Mais pour moi, elle commence par ce repas, entre la forêt et le lac. »

Tsunamis
de Michel Jean
« Dix ans plus tard, Colombo a changé.
Mais la haine reste partout palpable. Elle s’est infiltrée dans l’air, s’est imprégnée jusque dans le béton des murs et l’asphalte des rues sales. »

En décembre 2004, un tsunami frappe le Sri Lanka, un pays déjà déchiré par une guerre civile qui dure depuis vingt ans. Le journaliste Jean-Nicholas Legendre est dépêché sur les lieux alors qu’il a du mal à se sortir de son propre tsunami intérieur.
Chargé de couvrir les conséquences de la catastrophe, il se rend dans le Nord, contrôlé par les Tigres tamouls, qui s’opposent au gouvernement central majoritairement composé de Cinghalais. Les circonstances tragiques auxquelles Jean-Nicholas sera confronté l’amèneront à accepter le drame qui a bouleversé son existence et à se réconcilier avec la vie.