Pierre Morency

Le plus dur de ce monde est dans l’être
Exilé d’un rêve de clarté.
L’amour est sans demeure à qui
N’a pas inventé sa voix et sa mesure.

Pierre Morency, Amouraska

Pierre Morency
Né à Lauzon près de Québec en 1942, Pierre Morency a fait ses études au Collège de Lévis, où il a animé de 1961 à 1964 le théâtre étudiant, et à l’Université Laval, où il a obtenu en 1966 sa licence ès lettres. C’est en 1967 qu’il a décidé de vivre de sa plume et est devenu auteur radiophonique à Radio-Canada. C’est là qu’il a animé et écrit les séries
Les Grands Aliments,
Bestiaire de l’été,
L’Œil américain,
La Vie entière,
À l’heure du loup qui l’ont fait connaître du grand public. C’est également en 1967 qu’il a publié son premier recueil, Poèmes de la froide merveille de vivre, qui sera suivi de plusieurs autres.

Considéré comme l’un des plus importants poètes de sa génération, Pierre Morency s’est aussi illustré au théâtre avec son adaptation de Charbonneau et le Chef, sa pièce Les Passeuses et ses nombreuses pièces pour les enfants.

Son activité dans le milieu littéraire l’a amené à organiser des spectacles de poésie, à participer à la fondation de revues (Inédits et Estuaire) et à la création de L’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ).

En 1989, il a amorcé avec L’Œil américain, histoires naturelles du Nouveau Monde, la publication d’une série d’ouvrages sur ses expériences de naturaliste et d’observateur, ouvrages qui traitent sur un mode littéraire des plantes, des oiseaux et des paysages du Québec.
Lumière des oiseaux (1992) et La Vie entière (1996) complètent la trilogie.

Pour l’ensemble de son œuvre, Pierre Morency a reçu
le prix Claude Sernet (1975);
le Prix de l’Institut canadien de Québec (1979);
le prix Duvernay (1991);
le Grand Prix de poésie de Guillevic-Ville de Saint-Malo (2002).
On lui a décerné le titre de chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres de la République française en 1993 et il a reçu le prix Athanase-David en 2000 pour l’ensemble de son œuvre et de sa carrière.

GRAND FANAL
Boréal, 2018
Fidèle à la manière qui est la sienne depuis Les Paroles qui marchent dans la nuit (1994), Pierre Morency nous propose ici un recueil où se côtoient vers et prose.

Grand fanal c’est la réflexion d’un homme qui a vu les époques se succéder, qui a connu le départ d’êtres chers et l’émerveillement constant d’un monde toujours à (re)découvrir. C’est aussi une touche de douceur souhaitable.

Une alternance poème et prose au recueil permet une flexibilité fort alléchante ; on condense les quelques vers et le sentiment qui les accompagne pour les transposer sur un paragraphe plus construit qui prolonge l’image, l’idée, dans une multitude de moments-clés. Ces courts récits poursuivent le questionnement poétique et y répondent même parfois.

Témoignant d’une époustouflante maîtrise, rayonnant d’une constante lumière, ces textes célèbrent la flamme, à la fois forte et fragile, qui brûle en chaque être vivant.

extraits

DEMANDEZ-LUI

Dans le noir le plus noir de la nuit la plus noire,
il mûrit un chant sans musique. Puis l’aube venue
il prend son essor. Il vole un moment au-dessus de
la ville, traverse en silence l’intérieur des maisons,
pose parfois des nids dans la chambre des fêtes ou
des souffrances, se nourrit de verbes et de visions,
sème les plumes qui le recommencent sans cesse.
C’est le migrateur migrant qui ne vient que pour
partir, l’oiseau-poète occupé à dire un monde à
même sa vie.

 

PÉRÉGRINATIONS D’UN SÉDENTAIRE

Parfois les mots sont torture
À qui tant les a poursuivis.
Le chien de mon voisin vient de mourir.
On l’a mis en terre avec sa laisse
Et la balle grise qui le faisait courir aux quatre
coins d’une vie restreinte.
Les mots sont lièvres chevauchant la tortue.

Parution : 30 janvier 2018, 112 pages
ISBN-13 : 9782764625248
Code barre : 9782764625248