Frida Kahlo

( 1907-1954 ) Peintre mexicaine
« Ils me disent surréaliste, mais je ne le suis pas.
Je n’ai jamais peint de rêves mais ma propre réalité »

Frida Kahlo
crédits photo: WilkipediA
« J’avais l’habitude de penser que j’étais la personne la plus étrange au monde,
et puis je me suis dit, il y a beaucoup de personnes comme cela dans le monde,
il doit bien y avoir une personne comme moi,
qui se sent étrange et meurtrie comme moi.
Je me l’imagine et j’imagine qu’elle aussi doit être en train de penser à moi.
Si tu existes et que tu me lis,
sache que je suis là et que je suis aussi étrange que toi »

« Tu mérites un amour décoiffant,
qui te pousse à te lever rapidement le matin,
et qui éloigne tous ces démons qui ne te laissent pas dormir.

Tu mérites un amour qui te fasse te sentir en sécurité,
capable de décrocher la lune lors qu’il marche à tes côtés,
qui pense que tes bras sont parfaits pour sa peau.

Tu mérites un amour qui veuille danser avec toi,
qui trouve le paradis chaque fois qu’il regarde dans tes yeux,
qui ne s’ennuie jamais de lire tes expressions.

Tu mérites un amour qui t’écoute quand tu chantes,
qui te soutiens lorsque tu es ridicule,
qui respecte ta liberté,
qui t’accompagne dans ton vol,
qui n’a pas peur de tomber.

Tu mérites un amour qui balayerait les mensonges et
t’apporterait le rêve, le café et la poésie. »

« J’aimerais te peindre mais je manque de couleurs
– tant il y en a ! – dans ma confusion.
La forme concrète de mon grand amour. »
⏤ Frida Khalo, Écrit, pour Diego Rivera, 1953

« La littérature est horrible pour représenter
et donner le volume des bruits intérieurs,
aussi ce n’est pas de ma faute si,
au lieu de faire le bruit d’un coeur,
je fais le bruit d’une horloge »
⏤ Frida Khalo, Lettre à Ella Wolfe, 1938

« Quand je peins,
je ne réfléchis pas,
c’est peut-être ça ma peinture,
accoucher de moi-même. »
⏤ Frida Khalo, à une amie


« Rien n’est noir » est le roman de Claire Berest qui retrace le parcours de Frida Kahlo,
peintre et amante, splendide et tourmentée.

Rien n’est noir
À force de vouloir m’abriter en toi,
j’ai perdu de vue que c’était toi, l’orage.
Que c’est de toi que j’aurais dû vouloir m’abriter.
Mais qui a envie de vivre abrité des orages ?

Et tout ça n’est pas triste, mi amor, parce que rien n’est noir, absolument rien.

Frida parle haut et fort, avec son corps fracassé par un accident de bus et ses manières excessives d’inviter la muerte et la vida dans chacun de ses gestes.
Elle jure comme un charretier, boit des trempées de tequila, et elle ne voit pas où est le problème.
Elle aime les manifestations politiques,
mettre des fleurs dans les cheveux,
parler de sexe crûment,
et les fêtes à réveiller les squelettes.
Et elle peint.

Frida aime par-dessus tout Diego, le peintre le plus célèbre du Mexique, son crapaud insatiable, fatal séducteur, qui couvre les murs de fresques gigantesques.