Paul Coelho

romancier & interprète brésilien

Paul Coelho
Paulo Coelho, l’un des écrivains les plus lus dans le monde, est né en 1947 à Rio de Janeiro.
Ses livres ont été traduits en quatre-vingts langues et publiés dans cent soixante-dix pays.
L’Alchimiste, paru en 1988 au Brésil, est un best-seller mondial.
En 2007, il a été nommé Messager de la paix de l’ONU.
Également membre de l’Académie brésilienne des lettres,
il a reçu de nombreux prix et décorations.
Parmi ses ouvrages traduits en français, Flammarion a déjà publié
– Le Zahir,
– Comme le fleuve qui coule,
– La Sorcière de Portobello,
– Veronika décide de mourir,
– La Solitude du vainqueur,
– Brida,
– Aleph
– Le Manuscrit retrouvé.
Ses deux derniers livres, Adultère (2014) et L’Espionne (2016), ont rencontré un vif succès.

La voie de l’archer (2019)
Face à l’archer d’exception venu se mesurer à lui, le maître Tetsuya donne bien plus qu’une leçon de tir à l’arc et fait une formidable démonstration des pouvoirs insoupçonnés de son art. Un jeune garçon du village, témoin de ce coup d’éclat, insiste pour qu’il lui transmette son savoir. Le maître l’avertit : il veut bien lui apprendre les règles nécessaires, mais à lui ensuite de les faire siennes et de s’en servir pour devenir un homme meilleur.
C’est ainsi que Tetsuya commence à enseigner à son nouveau disciple la mystérieuse « voie de l’archer », le parcours de toute une vie.

Dans la droite ligne de L’Alchimiste, Paulo Coelho nous offre un nouveau conte poétique et lumineux qui invite à réfléchir sur nous-mêmes et à chercher notre propre voie. Chacun peut en tirer les préceptes susceptibles d’éclairer ses choix et sa vie au quotidien : s’adapter aux changements, rester concentré sur ses objectifs ou encore trouver le courage de prendre des décisions délicates.

 

⏤ L’Alchimiste 1988

Si tu veux comprendre le mot bonheur,
il faut l’entendre comme une récompense et non comme un but.

Le mal, ce n’est pas ce qui entre dans la bouche d’un homme.
Le mal c’est ce qui en sort.

L’Âme du Monde se nourrit du bonheur des gens.
Ou de leur malheur, de l’envie, de la jalousie.
Accomplir sa Légende personnelle est la seule et unique obligation des hommes.
Tout n’est qu’une seule chose.

Ne sois pas impatient.
Comme l’a dit le chamelier, mange quand c’est l’heure de manger.
Et quand c’est l’heure de marcher, marche.

Et quand tous les jours sont aussi semblables les uns aux autres, c’est que les gens ont cessé de s’apercevoir des bonnes choses qui se présentent dans leur vie.

 

⏤ Sur le bord de la rivière Piedra je me suis assise et j’ai pleuré 1994

Que mes larmes coulent ainsi très loin,
afin que mon amour ne sache jamais qu’un jour j’ai pleuré pour lui.

Malheureux celui qui a peur de prendre des risques.
Car celui là ne sera peut-être jamais déçu, ne connaîtra peut-être pas la désillusion, ne souffrira pas comme eux qui ont un rêve à poursuivre.

Des jours durant, j’ai tenté d’ignorer la voix de mon coeur, mais elle s’est faite de plus en plus puissante.
Dans le recoin le plus caché de mon âme,
j’existais encore et je croyais aux rêves.

Peut-être l’amour nous fait-il vieillir avant l’heure
et redevenir jeunes quand la jeunesse s’en est allée !

L’amour est toujours nouveau.
Peu importe que l’on aime une fois, deux fois, dix fois, dans sa vie.
On se trouve toujours devant une situation inconnue.
L’amour peut nous mener en enfer ou au paradis,
mais il nous mène toujours quelque part.

 

⏤ Le manuscrit retrouvé 2012

Aime. Je ne parle pas ici seulement de l’amour pour une autre personne. Aimer signifie être disponible pour les miracles, pour les victoires et les défaites, pour tout ce qui arrive durant chaque journée où il nous a été accordé de marcher sur la Terre.

L’amitié a les qualités d’un fleuve qui contourne les rochers, s’adapte aux vallées et aux montagnes, se transforme parfois en lac jusqu’à ce que la dépression soit remplie et qu’il puisse poursuivre son chemin.

Associe-toi à ceux qui laissent la lumière de l’Amour se manifester sans restrictions, sans jugements, sans récompenses, sans qu’elle soit jamais bloquée par la peur d’être incomprise.

De même que le fleuve n’oublie pas que son but est la mer, l’amitié n’oublie pas que sa seule raison d’exister, c’est de faire preuve d’amour envers les autres.