Robert Lalonde

acteur, romancier et dramaturge québécois

Robert Lalonde
Après avoir obtenu un baccalauréat ès arts au Séminaire de Sainte-Thérèse, il a poursuivi des études en interprétation théâtrale au Conservatoire d’art dramatique de Montréal.

Robert Lalonde représente le Québec chaque automne depuis 1997 en tant que membre du jury du prix de l’Union latine, à Rome (Italie). Il est membre de l’Académie des lettres du Québec.
Il vient de publier, « La reconstruction du paradis »


La reconstruction du paradis
Boréal | Février 2021
Dans la nuit du 26 décembre 2018, la maison de Robert Lalonde a complètement brûlé. Cette demeure, que sa compagne et lui avaient construite et entretenue avec ardeur pendant plus de quarante ans, n’est plus qu’un tas de cendres fumant au milieu du jardin dévasté. Les pompiers ont bien tenté de faire sortir à la queue leu leu les quatre mille livres que recelait la maison en flammes. En vain, ou presque. Les maîtres de céans, après avoir cherché une porte dans l’étouffante boucane noire, se sont retrouvés, en plein cœur de l’hiver, tous les deux nus comme au premier jour.

Pendant toute une année, ils ont caboté d’un chalet à l’autre en attendant qu’une nouvelle demeure les accueille. De cet épisode, Robert Lalonde tire un de ses textes les plus lumineux. Les livres, aussitôt partis en fumée, ne demandent bien sûr qu’à renaître, et un beau matin une idée vient à l’auteur : traduire Walt Whitman, tout Leaves of Grass, pour s’occuper.
Ces carnets, ponctués de passages tirés de l’œuvre maîtresse du grand poète américain, racontent comment l’écrivain, chassé d’un paradis pour en voir un autre se construire sous ses yeux, reprend ardemment goût à la vie – une vie toute nouvelle.

On retrouve avec bonheur le Lalonde débarrassé de la tyrannie de conter en droite ligne et disposé à admettre l’allure que prend la vérité quand elle est mêlée à la mort.

Parution : 2 février 2021, 184 pages
ISBN-13 : 9782764626559
Code barre : 9782764626559

« Clair et nuiteux à la fois, dans ma chance dernière. Plus clair que sombre, j’ose espérer. Je réapprends à vivre en poète et à écrire de même, à regarder pour faire voir, à écouter pour faire entendre, refusant de toute ma force de me laisser soigner par des thaumaturges ennemis du désir, passionnés d’autodestruction programmée, désirant composer avec la vie comme avec une catastrophe.
Bienheureux incendie qui m’a redonné l’inutile et indispensable passion de me laisser vivre. »


Fais ta guerre, fais ta joie
Éditeur BORÉAL
septembre 2019
Un garçon au seuil de l’adolescence observe son père, peintre du dimanche, « peintraillon », comme il le dit de lui-même, jeter un bouquet de couleurs sur sa toile. Sous le regard émerveillé de l’enfant apparaît la feuillaison rouille d’un grand hêtre, celui-là même qu’il a aperçu l’autre jour à l’entrée de la grande baie, encerclé d’épinettes, une nuée de carouges tourbillonnants autour de son faîte. Mais pourquoi diable le hêtre qu’a peint son père lui semble-t-il plus conforme au souvenir qu’il a du bel arbre de la baie? Son grand hêtre, hanté d’oiseaux amoureux et portant mi-juillet sa chevelure d’octobre, s’il est plus vrai que vrai, n’est-ce donc pas parce qu’il a été réinventé par le peintre? Robert Lalonde puise ici dans ses souvenirs d’enfance pour nous donner le plus poétique peut-être de ses livres en prose. Cette «scène primitive» dont il est témoin, ce corps-à-corps du père avec la toile et les couleurs, allume chez l’enfant un ardent désir de créer, mais qui pour lui s’exprimera par l’écriture.
Ce livre est une méditation sur les liens qui unissent peinture et écriture, couleurs et vocables, formes et récits, faisant défiler les figures de Cézanne et de Zola, de Van Gogh et de Gauguin, de Suzor-Coté, d’Arthur Villeneuve et de Marc-Aurèle Fortin. Il évoque les amis peintres, toujours prêts à ouvrir leur atelier au littérateur, qui en sort ébloui, et le travail silencieux et solitaire de l’écrivain, que menace et aiguillonne à la fois la peur de l’échec, la peur de ne pas se montrer à la hauteur de la vision.
Ce livre est avant tout un hymne à la création et aux créateurs, qui pour aller au bout de leur art doivent faire la guerre au doute, à l’à-quoi-bon, au babillage qui entoure trop souvent la création, mais qui ont pour devoir, pour passion, de faire leur joie, notre joie, en risquant tout pour mettre au monde une oeuvre.
 

Je ne m’habituerai jamais aux mots assoiffés de ce prophète d’émerveillement qu’est Robert Lalonde. Lui seul sait décrire avec autant de précision exaltée ce qui se trouve au fond et par-delà les choses.
Dans ce carnet où il ne cesse encore de voir, de lire et d’écrire, il s’acharne à décrypter les gestes de son père quand celui-ci se mettait à la peinture et qu’il tentait, comme le fils le fera plus tard avec les mots, de saisir le monde en sachant qu’au mieux il ne pourrait qu’approcher son ineffable mystère.
Écrit à la deuxième personne du pluriel, le récit de Lalonde emprunte en quelque sorte au « vieux style » pour incarner la voix qui guide nos intuitions vers l’indomptable envie de créer.

⎯ Isabelle Beaulieu | Rédactrice et créatrice de contenu
revue.leslibraires.ca

C’est le coeur qui meurt en denier
C’est le coeur qui meurt en denier
Éditeur: BORÉAL
Robert Lalonde évoque de façon bouleversante celle qui fut sa mère, femme piégée par le destin et qui d’outre-tombe continue d’entretenir avec son fils un rapport de tendresse et de bataille.

J’émerge, essoufflé, d’un rêve où tu t’adressais à moi dans une langue inconnue. Inquiète, énervée, volubile au-delà de ton accoutumée, tu cherchais à me confier le fin mot de ton histoire, la réponse enfin à ta question lancinante – « J’ai été qui, j’ai été quoi, peux-tu me le dire ? » – mais arrangée dans un charabia inintelligible, où revenaient sans finir, comme le refrain traînant d’une complainte, mes trois prénoms, chantonnés tristement, à la manière des prières que je marmonnais autrefois sans comprendre ce qu’elles voulaient dire.

C’est moi, bien sûr, qui me pose à moi-même, en plein cœur de la nuit, la question suppliciante. C’est ma voix dans la tienne qui psalmodie Joseph, Serge, Robert, espérant que ces trois-là répondront à l’appel et articuleront à ma place une réponse claire, nette, définitive à ta grande question « à cent piastres ». Quelque chose comme : « J’ai été celui qui a eu raison de t’aimer, puis raison de te haïr et de m’enfuir, raison de faire ma vie loin de toi, et finalement raison de rentrer, même s’il se fait tard. »


À l’état sauvage
Éditeur BORÉAL

Un écrivain vit seul dans sa trop grande maison, encore hantée par la présence de son père, avec qui il y a vécu mais qui est depuis longtemps disparu, et par celle de la femme qui vient de le quitter.

Son métier l’appelle sans cesse sur la route et l’amène à croiser des hommes qui, à un moment ou à un autre de sa vie, ont contribué à forger celui qu’il est devenu, ou des enfants, qui lui rappellent l’émerveillement ou la fragilité de celui qu’il a été.

Robert Lalonde donne ici un roman-mosaïque composé d’une suite d’histoires qui se font écho. S’y dessinent toutes les figures des relations que les hommes peuvent tisser entre eux, mentor, disciple, rival, ami, amant.

Dans une prose somptueuse, il peint de manière éblouissante la nature qui entoure ses personnages et où se reflète le moindre mouvement de leur âme.